Bonjour tout le monde !

Welcome to WordPress.com. This is your first post. Edit or delete it and start blogging!

Publié dans Non classé | 1 commentaire

Commentaires temporaires

Reprise à mi-temps le 28 septembre.
Publié dans Non classé | 5 commentaires

Commentaires temporaires

Out of order for a long week. I’m sleeping in "my winter".
Publié dans Non classé | 4 commentaires

mécanica


Mécanica

Moteur…
Il est sept heures et j’ouvre un œil. Le réveil n’a pas sonné.Les deux pieds nus posés sur le plancher, la machine se met en marche. L’air pur et le ron ron du quotidien me remplissent comme le son d’une contrebasse. Café et pain grillé. Le bruit de l’eau claire et le froissement de ma deuxième peau de tissu. Je tire la porte sur moi. Il fait froid ce matin,ce n’est pas encore tout à fait l’automne mais ce n’est déjà plus l’été.
Moteur… Je vais peut-être te croiser ce matin.

Extrait de "Chroniques cicatricielles". Didier Pesnel. Copyright 2007.


Publié dans Non classé | 7 commentaires

Terminal Ouest


Terminal ouest

Voiles affalées
Les ailes le long du corps
Justau
corps
De plumes et d’écailles,

Il faut que je m’en aille
Le nez pointé
Vers les champs de tournesols
décollage immédiat
Porté par Eole
Pour mieux me vautrer
Dans la mer
Sans amers
Loin de vous, de tout
A l’abri dans l’espace
Qui m’est désormais destiné
Loin de l’espace
Qui m’a vu décoller.

Se fondre dans la décor
Les quatre f
ers en l’air
Expulsé du monde des vivants
Et entrer vagissant
Dans celui d
es humains.

Extrait de "Chroniques cicatricielles" Didier Pesnel. Copyright 2007.

Publié dans Non classé | 6 commentaires

ROMANCE


Romance


Ma veste accrochée au porte manteaux, un livre sur la table, je me pose dans le fauteuil.

Chapitre 610, page 13338. port de Ouistréham. Le ferry quitte son appontement. J’ai beau courir sur le sable de la digue en piétinant les charbons bleus, il garde la distance. C’est un géant des mers vêtu de vert et de blanc. Des bulles d’air remontent dans son sillage. J’atteins le bout de la jetée, là où la mer donne des claques à la terre. je vois le grand navire virer au nord ouest. Tu me fais un grand signe de la main, l’autre posée sur le bastingage. Je suis arrivé trop tard. Je crois entendre: en avant toute pour mes deux bords, Cap au 285! Je suis revenu trente ans en arrière. Le montre s’amenuise en cravachant vers l’horizon. Je n’ai plus qu’à regarder Le Havre et ses torchères qui peinent à éclairer le ciel grisonnant. Le pont de Normandie est un collier de perles lumineuses accroché au coup de ma province. La branche d’un pin maritime me touche l’épaule, allons il faut rentrer.

Assis dans mon fauteuil, je retire mes souliers et regarde la porte…

Chapitre 610, page…

Extrait de "Chroniques cicatricielles" Didier Pesnel. Copyright 2007

Publié dans Non classé | 6 commentaires

Epitaphe



Epi
taphe

J’écris ton nom mon amour
Sur ce marbre
Si froid
J’écris ton prénom mon amour
Sous les arbres
A
l’étroit.

C’est une longue procession, et de doutes qui arrive, un ciel scintillant de jolies fusées rouges. Mon pied à l’étrier, j’ai posé mes bagages pour vous laisser passer. Le n’aurai pas de tristesse, puisqu’il existe des miroirs je ne serai pas seul. C’est le temps des cicatrices et des souvenirs qui sèchent. Les feuilles se fardent de marron, elles vont me tenir chaud. Et à défaut de vous revoir il me reste mes livres où je vais jeter l’ancre.

J’écris ton nom mon amour
Sur ce marbre
Si froid
J’écris ton prénom mon amour
Sous les arbres
A l’étroit.

Extrait de "Chroniques cicatricielles" Didier Pesnel. Copyright 2007.

Publié dans Non classé | 5 commentaires